TERRASSEMENTS MÉCANIQUES

Les terrassements sont réalisés en fonction des indications du plan.

Les terres provenant de ces terrassements seront mises en tas sur place à l’endroit choisi par l’entreprise.

TERRASSEMENTS MANUELS

Ces terrassements concernent les rigoles de fondation et les tranchées pour égouts.

Ces terrassements sont exécutés manuelle- ment ou mécaniquement selon les indications des plans de l’architecte ou du bureau d’études.

FONDATIONS

Chaque cas fait l’objet de l’étude de stabi- lité prévue dans le prix. Elles sont réalisées avec une dalle de sol dont la composition est reprise ci-dessous :

– Sans sous-sol

La dalle de sol est constituée en béton C25/30 d’une épaisseur de 12 cm avec un treillis de diamètre 5 mm, mailles 150 x 150 mm. Elle est pourvue d’un pied de gel (non armé) d’une largeur de 40 cm ainsi que les renforts néces- saires sous les murs porteurs.

– Avec sous-sol

La dalle de sol est constituée en béton C25/30 d’une épaisseur de 20 cm avec un treillis de diamètre 8 mm, mailles 150 x 150 mm ainsi qu’un renfort sous murs porteurs (en diamètre 8 mm, mailles 150 x 150 mm sur une largeur de 1 m).

Les maçonneries de fondation sont réalisées de la façon suivante :

  1. Ces maçonneries sont réalisées en blocs de béton lourd dont la résistance à la compression sera de 120 kg/cm2 minimum.
  2. Les joints des maçonneries destinées à rester apparentes sont repressés et lissés à plat au fur et à mesure de l’avancement.
  3. La hauteur des maçonneries de fondation est de 2,20 m pour les caves et/ou ga- rages avec une hauteur libre sous plafond de +/- 2,10 m.
  4. Des aérations en PVC (T diam. 110) sont placées dans les caves (nombre suivant devis). La protection contre l’humidité des maçon- neries en sous-sol est réalisée de la façon suivante :
  5. Cimentage et coaltar : la maçonnerie des caves est protégée de l’humidité sur toute la face en contact avec les terres (côté extérieur du bâtiment) au moyen d’un cimentage et de deux couches d’émulsion bitumineuse (type coaltar).
  6. Les murs de fondation sont en outre protégés extérieurement par une membrane d’étanchéité type « Platon » xée à l’aide d’attaches spéciales contre l’arrachage.
  7. Une protection supplémentaire de type Geogum ou similaire d’une largeur d’un mètre est prévue en bas de maçonnerie.
  8. Un drain périphérique est prévu sur son pourtour, constitué d’un pro l en PVC complété par un massif de drainage d’une épaisseur de 30 cm (concassé) entouré d’un voile non tissé appelé géotextile (dont le rôle est d’éviter le colmatage du drain avec les nes particules qui peuvent être entraînées par les eaux de ruissellement).
  9. L’eau récoltée est évacuée vers le réseau d’égouttage ou si ceci n’est pas possible, vers un puisard (la pompe de relevage éventuellement nécessaire fera l’objet d’une proposition de prix dans le devis dé nitif).

PROTECTION CONTRE L’HUMIDITÉ

En sus des points repris ci-dessus, il est prévu un visqueen armé (ou membrane d’étanchéité type « Diba ») qui est placé sous le premier tas de blocs de manière à arrêter l’humidité capillaire éventuelle provenant des fondations.

Une deuxième barrière d’étanchéité est placée en « S » dans la maçonnerie d’élévation entre le premier tas de briques et le premier tas de blocs, ainsi qu’aux linteaux des baies extérieures.

Des joints évidés sont laissés pour assurer l’assèchement du creux des murs.

HOURDIS

En fonction de la conception de la maison, les hourdis couvrent les caves, le rez-dechaussée et l’étage (description au devis).

Ils sont en béton de type ECHO ou similaire, calculés par les soins du fabricant selon les normes en vigueur.

Ils sont mis en œuvre suivant les prescriptions de la firme qui les produit. Pour les planchers couvrant le rez-de-chaussée et l’étage (en fonction de la conception et du devis), le remplissage des creux entre hourdis et une chape de +/- 3 cm de bétoncréent la table de compression pour renforcer la rigidité des hourdis et limiter l’apparition de fissures dans les plafonds.

MAÇONNERIE EXTÉRIEURE EN ÉLÉVATION

Les maçonneries extérieure présentent un coefficient d’isolation U = +/- 0,24 W/m².K.

Les murs extérieurs ont une épaisseur de +/- 37 cm.

Les maçonneries en élévation sont de type mixte composées :

  • d’une brique de façade de premier choix type « faite main » posée en panneresse de module 21/10/6,5 à choisir dans la gamme traditionnelle des entreprises Wienerberger ou Vandersanden selon liste reprise en annexe ;
  • une coulisse ventilée de +/- 3 cm ;
  • d’une isolation thermique composée de panneaux en polyuréthane de 10 cm (sauf combles perdus) ;
  • d’un bloc de terre cuite de 14 cm d’épaisseur.

La liaison entre la partie extérieure et la partie intérieure des maçonneries est réalisée au moyen de crochets en acier galvanisé avec chevilles synthétiques.

Toute autre conception des murs extérieurs peut être étudiée pour autant qu’elle soit conforme aux règles de l’art et qu’elle ré- ponde aux normes en vigueur (isolation). Il en est de même pour le choix du matériau de parement. Le devis définitif sera établi en fonction du choix du client.

Le rejointoyage du parement en briques se fera obligatoirement à posteriori dans une teinte préalablement choisie par le client parmi les échantillons proposés (maximum 3 échantillons) en essai sur la maison.

La brique au niveau du linteau des baies extérieures est posée horizontalement sur une cornière de support

MAÇONNERIES INTÉRIEURES

Les murs porteurs sont réalisés en blocs de terre cuite de 14 cm d’épaisseur.

Les cloisons non portantes seront réalisées en blocs de plâtre d’une épaisseur de 10 cm

Les maçonneries des locaux non-plafonnés sont rejointoyées à plat au fur et à mesure de l’avancement.

Maçonneries de cheminée pour feu ouvert : (selon devis).

La cheminée du feu ouvert est réalisée en maçonnerie de blocs entourant un boisseau préfabriqué en terre cuite ou en béton de section intérieure 19 x 19.

Une dalle en pierre bleue de 5 cm d’épaisseur est posée sur la souche

La souche de cheminée est recouverte d’ardoises artificielles (formats 27×40 ou 32 x 45, noires ou brunes). Cette finition en ardoises

est vivement conseillée pour des raisons d’étanchéité. Cependant, l’habillage des souches peut être réalisé en maçonnerie de briques identiques au parement extérieur moyennant adaptation du prix définitif.

PIERRE BLEUE

Les seuils de portes sont en pierre bleue de 5 cm d’épaisseur avec talon. Les seuils des châssis, des portes-fenêtres et de la porte de garage sont prévus en 5 cm d’épaisseur.

Le dépassant extérieur est muni d’une goutte d’eau et les chants sont meulés.

Les seuils sont placés avec un encastrement latéral de 5 cm.

Différents tours de portes peuvent être envisagés. Ils sont proposés en variante selon le plan de l’architecte et le souhait des clients.

ISOLATION

Les différents isolants prévus sont les suivants :

  1. Sol :
    10 cm de mousse polyuréthane projeté sur la dalle de sol du rez-de-chaussée ou sur les hourdis couvrant les caves.
  2. Coupures thermiques :
    Il est prévu une coupure thermique sous les blocs porteurs et cloisons en terre cuite. Il en va de même pour les acrotères en cas de toiture plates.
  3. Mur :
    Panneaux de 10 cm de polyuréthane (sauf combles perdus).
  4. Plafonds :
    Il est prévu 22 cm de laine de verre. L’isolation des plafonds fait partie du poste plafonnage.
  5. Menuiserie extérieure :
    Les châssis sont équipés de double vitrage à haute performance d’isolation thermique type Optima (Ug = 1,1 W/m².k).

OUVRAGES STRUCTURELS

Les ouvrages en béton armé sont réalisés conformément aux plans de l’architecte et selon leur destination.

Ils sont calculés, fabriqués et mis en œuvre selon les prescriptions et normes belges en vigueur. Les bétons apparents éventuels sont exécutés sur coffrages lisses.

Le béton utilisé est de type C25/30.

Les sections des poutrelles et cornières métalliques nécessaires à la construction sont conformes au plan de l’architecte, aux directives du bureau en stabilité et à leur destination.

Ces ouvrages sont protégés contre la corrosion avant leur pose à l’aide d’une peinture. Dans le cas d’une maison avec sous-sol, l’escalier de la cave vers le rez-de-chaussée est prévu en béton armé brut de décoffrage. Les limons et paillasses sont compris dans ce poste. Le revêtement éventuel des marches de même que leur lissage ne sont pas compris.

RÉSEAU D’ÉGOUTTAGE

Un réseau d’égouttage est prévu suivant les règles de l’art et les instructions régissant les installations.

Les canalisations sont en PVC de section adéquate.

Ce réseau comprend, outre les canalisations :

  • une citerne à eau en béton de 3.000 l avec une chambre de visite et couvercle simple fond en fonte, la citerne est reliée au bâtiment au moyen d’un socarex pour le raccordement de l’éventuel groupe hydrophore ;
  • 3 chambres de visite dont une disconnectrice, avec couvercles double-fond en fonte
  • 1 sterfput à cloche dans le garage ;
  • 1 attente pour l’éventuel caniveau à placer devant la porte de garage (lorsque le garage est en sous-sol).

Le raccordement à l’égout public éventuel n’est pas compris.

De même, la réalisation du puits perdu éventuellement nécessaire fait l’objet d’une proposition de prix.

Toutes impositions supplémentaires exigées éventuellement par l’une ou l’autre administration (par ex. dégraisseur, filtre bactérien, drain de dispersion, station d’épuration, fosse septique …) feront l’objet d’une proposition de prix dans le devis définitif.

MISE À LA TERRE

Ce poste comprend la réalisation d’une terre à fond de fouilles suivant le règlement général sur les installations électriques.

L’électrode de terre est réalisée au moyen d’une boucle de cuivre et plomb de 35 mm² de section, déposée à fond de fouilles sur le pourtour extérieur du bâtiment.

Cette boucle, d’une seule pièce, est déposée sur le terrain nu et recouvert de bonne terre.

NETTOYAGE ET NIVELLEMENT DES TERRES

A la fin des travaux, le terrain est nettoyé de tous les décombres et déchets de la construction. Les résidus non-inertes sont évacués par l’entreprise, les résidus inertes (béton, déchets de blocs, de briques, de tuiles, …) provenant de sa propre activité sont rassemblés par l’entrepreneur à l’emplacement désigné par le client et pourront servir pour constituer le coffre des éventuelles terrasses et accès.

En outre, un remblayage est prévu contre les fondations au moyen des terres provenant des terrassements (sur une largeur maximum de trois mètres).

Le nivellement des terres excédentaires ne fait pas partie du contrat; ces terres sont laissées sur place. Elles peuvent être embarquées selon décompte établi en fonction de la proximité d’une décharge.

Aucun autre aménagement d’abords n’est prévu sauf stipulations contraires à établir dans le devis définitif.